Il y a quelque temps, j'avais suivi tout ça sur Twitter et la préparation de ce qui s'annonçait une bonne blague potache m'avait bien fait rigoler. Et puis j'avais oublié... Et puis... hier, mon sourire s'est élargi de plus en plus au fur et à mesure de la publication de quelques billets au sujet de la coalition anti-cupcakes.

Et puis... à ma grande surprise, j'ai commencé à lire ici et là (enfin surtout là) quelques réactions indignées scandalisées et là j'ai cessé de rigoler. Alors, je sais bien que, comme disait l'autre, "on peut rire de tout mais pas avec n'importe qui" et que l'humour toussa toussa... Oui, je sais bien que les blogs en général, et les blogs de cuisine en particulier, c'est pas le monde des bisounours, c'était d'ailleurs l'une des raisons qui m'ont tenue si longtemps à distance de ce petit microcosme.

Et puis... voilà, allez savoir pourquoi cette histoire-là à ce moment-là en aura été l'élément déclencheur, cela aura suffi pour que je me décide à revenir par ici et, qui l'eût cru ?, à écrire ces quelques lignes, certes à mon très modeste niveau, car je n'oublie pas au fond que je ne suis qu'une pauvre ménagère qui ne sait pas cuisiner et d'ailleurs je ne me vante même pas de faire mon bouillon maison.

cupcake

Mais voilà, c'est dit : je rejoins officiellement le club anti-cupcake. Parce que moi non plus je n'aime pas les cupcakes. Parce que rien que visuellement ça m'écoeure. Parce que c'est kitsch et que c'est même pas bon. Parce que le cupcake, comme le dit fort justement Manu, c'est le roman Harlequin de la pâtisserie : fade, à l'eau de rose, crémouille et écoeurant au bout de deux bouchées.

Et puis... parce que cette coalition anti-cupcakes c'est aussi l'occasion de plaisanter à propos de la énième mode culinaire qui sévit sur la blogosphère, après les verrines (ouais, ras la verrine aussi !) ou les macarons (parce que figurez-vous que les macarons je n'y cours pas après non plus et que ça me gonfle d'en voir partout ! Désolée Mercotte, je devrais peut-être goûter les tiens) ou les mini-cocottes... impossible de ne pas succomber un jour ou l'autre à l'un ou l'autre de ces phénomènes de mode !

Et puis... parce que plus on est de fous, plus on rit, je vous invite à rejoindre à votre tour la coalition anti-cupcakes ! Et si, au contraire, vous êtes membre de la secte des adorateurs de cupcakes, je ne peux que vous recommander la lecture du prochain opus de l'excellente auteure culinaire Esterelle Payany, qui paraîtra la semaine prochaine !

cupcake_esterelle