Vous vous souvenez des douceurs préparées par vos grands-mères ? Chez Gwen, c'était les bons petits plats au beurre, les bons gâteaux au beurre, les sandwichs de Petits Lu plus beurre et les tartines Nutella… beurre. Mais bon, elle est bretonne, notre Gwen, alors forcément, le beurre ça compte pour du... beurre ! ;o)

Logo2_265x300

Blague à part, c'est vrai que bon nombre de délicieuses recettes ne sont hélas absolument pas diététiquement correctes et Gwen a eu l'excellente idée de proposer un nouveau jeu, "les bonnes recettes PAS comme chez Mémé". Le principe est de revisiter des classiques gras, salés, sucrés en imaginant leur version saine et gourmande ! Joli challenge !

Pour cette première édition, il s'agit de revisiter le hamburger, qui symbolise la malbouffe à lui tout seul !

A cause de mon emploi du temps totalement surchargé, j'ai bien failli ne pas participer mais j'ai pensé que justement c'était tout à fait dans ce genre de situations où le temps nous manque pour cuisiner tout, que l'on va manger des hamburgers !


Je me suis donc lancée samedi dernier, entre deux courses et un passage à la bibliothèque pour MissC, en totale improvisation en fonction de mes fonds de placards/frigo/congélateur... et je ne suis pas mécontente du résultat !


056


Comme tout hamburger digne de ce nom, la garniture se fait la malle, avant même qu'on y touche d'ailleurs, et il est  absolument impossible à manger à moins d'avoir une bouche de crocodile.

Les ingrédients du hamburger qui déchire :

  • un petit pain de campagne surgelé de chez Picard,
  • un reste de sauce tomate maison, mijotée avec les dernières tomates de mon panier bio (au départ elles étaient vertes, mais elles ont fini par mûrir derrière mes fenêtres) et un petit oignon,
  • un reste de blanc de poulet fermier,
  • deux belles tranches de mozzarella di buffala
  • deux ou trois olives noires,
  • un gros champignon de Paris coupé en tranches,,
  • quelques feuilles de roquette.

062


Pour accompagner le hamburger, pas le temps de faire des frites, la roquette et les champignons feront l'affaire. De toute façon, le hamburger s'est avéré largement suffisant pour me caler !

Le mot de la fin revient à Rufin : tu devrais en faire plus souvent. (c'est noté !)